lundi 26 septembre 2011

Le Bouilli du Québec – un slow-food d’automne!

Même si les p’tites vites sont parfois très satisfaisantes ;) , il n’y a rien qui bat une cuisson longue et prolongée de votre aliment préféré! Il faut prendre le temps de bien faire les choses!
C’est pourquoi je suis vraiment très sympathique au mouvement slowfood!
Oui, parfois on n’a pas le choix et on court comme des fous pour rattraper son air, mais dans ces cas là, pourquoi ne pas choisir d’en faire moins? Rien ne nous oblige à en faire autant, à part nous même. Ben oui, on a le droit de dire non et de refuser certaines choses, d’enlever des choses à notre horaire de fou. On a le droit de juste rien faire…
L’organisme slowfood fait la promotion de l’alimentation locale, du plaisir et surtout de la sauvegarde des traditions culinaires. Intéressant. Bon, oublions un instant les foodies qui lisent les blogues de bouffes. Combien de personnes dans votre entourage, de moins de 50 ans, savent comment faire une tourtière? Un cipâte (ou cipaille)? Des cretons? De la tire de la Sainte-Catherine? Un ragoût de pattes? Une soupe aux pois? Un bouilli québécois?
Comme la danse et le chant, qui ne se pratiquent plus vraiment aujourd’hui, je crains fort qu’on en vienne à perdre nos traditions culinaires… Et ces traditions, on les remplace souvent par quoi? La malbouffe (restauration ou alimentation à réchauffer vite! vite! vite!). Bien dommage, pour nos traditions … et notre tour de taille d’ailleurs!
Enfin, c’est un autre débat, l’obésité, on en reparlera.
C’est l’automne depuis peu, et les marchés débordent de légumes du Québec. Pourquoi ne pas prendre le temps de se faire un bon bouilli de chez nous? Au bœuf et aux légumes d’ici? (OK, Éphée, au tofu si tu veux :), je serais curieux d’y goûter!)
Est-ce qu’il y a quelque chose de plus réconfortant? ;)
Que ce plat humble retrouve ses lettres de noblesses!
On nomme ce plat « pot-au-feu » chez nos voisins d’outre Atlantique, et ce plat a de nombreuses ressemblances à notre bouilli québécois : une viande lentement cuite dans un bouillon, puis des légumes de saison, que l'on cuit longuement pour les attendrir.
Je propose ici la version traditionnelle québécoise, où la viande est cuite un jour, et le reste le lendemain (ou sinon tout ça commence en début d’après-midi pour le soir). Cela vous donne l’occasion de dégraisser le bouillon si le cœur vous en dit (personnellement, je ne le dégraisse que sommairement).
Puis vous réchauffez, et vous ajoutez les légumes, en deux fois selon le temps de cuisson. Je vous conseille de ne pas surcuire les légumes!

Recette pour 8 personnes
Temps à prévoir : 20 minutes de préparation, et pas loin de 3 heures trente de cuisson en tout
Source : recette traditionnelle, dont celle de mon père, et ajouts à la moi!

Cuisson de la viande :
-    1 rôti de palette de 1,5 kilo, d’environ 1 pouce et demi d’épaisseur, désossé (ou avec os, ça a peu d’importance en fait)
-    H20, pour recouvrir la viande de deux trois pouces, selon la taille de votre marmite (laissez-vous de la place pour la tonne de légumes!)
-    Un morceau de lard salé (flanc de porc salé, idéalement avec viande)
-    Un oignon, coupé en quartiers
-    Un trait ou deux de bouillon de bœuf concentré
-    1/2 cuillère à thé (2 ml) de thym
-    1 feuille de laurier

Première cuisson de légumes :
-    6-10 carottes, en rondelles
-    Pommes de terre en grelots, environ une vingtaine
-    Un rutabaga (navet, ou chou de Siam!) en quartiers d’un pouce d’épais

Deuxième cuisson de légumes :
-    Une bonne poignée d’haricots verts, et une autre d’haricots jaunes
-    Un petit chou vert, coupé en 8

ü Faites saisir les deux côtés du rôti de palette dans une casserole, dans un peu de beurre ou d’huile.
ü Ajouter les autres ingrédients, faites bouillonner puis baissez le feu à très doux. Pas besoin de saler, le morceau de flanc de porc salé s’en occupe.
ü Laisser mijoter doucement au moins deux heures, peut-être trois. Cette étape est prête quand les tendons de la viande ont fondus, que la viande est très cuite mais la viande doit encore rester en un seul morceau.
ü Laisser reposer une nuit, si vous voulez dégraisser. Si c’est pour le soir même, laisser sur la cuisinière. Cela va détendre la viande encore plus
ü Une heure trente avant de passer à table, commencer à réchauffer doucement. Quand c’est chaud, ajouter la première liste de légumes (les légumes-racines) et laisser mijoter doucement 30 minutes, puis ajoutez l’autre série de légumes (haricots et chou vert), laisser mijoter un autre 30 minutes, ou moins si vous préférez vos haricots croquants. Goûtez, vénérez-moi, et salez au besoin.
ü Roulez-vous par terre et tricotez-vous une ceinture fléchée.
ü S’il par hasard il en resterait, passez les restes du bouilli au vroom pour faire un potage! (avec une boite d’haricots blancs?)
Pour une version de cette recette à imprimer facilement, sans blabla, cliquer ici !

14 commentaires:

  1. Pour moi le bouilli, c'est un mauvais souvenir culinaire (que veux-tu, il en faut !). Je n'ai jamais aimé le boeuf, surtout le rôti de palette, et ma mère me forçait à en manger quand elle faisait un bouilli. Mais en contrepartie, j'adore ta photo ! C'est bien la première fois que je vois un bouilli bien présenté. Il me fera donc plaisir de le manger avec les yeux :)

    RépondreSupprimer
  2. Comme je suis d'accord avec le sujet de ton billet! Effectivement, plus grand monde n'est capable de cuisiner des trucs de base et/ou traditionnel.

    En tout cas, contente d'apprendre que le pot au feu et le bouilli, c'est la même chose car je ne savais pas!

    Et ça m'a l'air rudement bon! (Ce n'est pas un plat que ma mère cuisinait, mais elle faisait plein d'autre trucs!).

    RépondreSupprimer
  3. Pour moi, le bouilli est un très bon souvenir. C'est beaucoup trop vrai que les traditions ont plutôt tendance à disparaître... Personnellement, il n'y a que peu de temps que je me suis mise à cuisiner les Classiques... Disons que c'est surtout grâce à mon chum que je le fais maintenant. Clairement, un des premiers trucs que je vais montrer à mes enfants: la cuisine. Tellement important d'apprendre à se bidouiller des trucs. J'ai envie de me faire encore du bouilli moi! Je crois bien que je vais faire ça le week-end qui s'en vient pour notre retour des pommes (tu ne trouves pas que ça sonne parfait comme journée ça?????)

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ce plat à la folie! C'est toujours trop bon et je ne me gêne pas pour en faire plusieurs fois par année! Les enfants adorent ça! Caro

    RépondreSupprimer
  5. belle bouilli mais je ne m'attendais à cela !!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Le bouilli!!! C'est tellement bon et le tiens est parfait, tel que je l'aime.

    Sans excuser les gens qui ne cuisinent pas, je crois qu'on a perdu effectivement la base. De par mon métier, je vois tellement les gens courir! Et la publicité ne fait qu'encourager cette façon de vivre.

    Quand la maman arrive à 17h pour venir chercher les enfants, elle a besoin d'être organisée en titi pour s'en sortir...

    RépondreSupprimer
  7. C'est tellement vrai que les bons petits plats de notre enfance ont été remplacé pour la plupart et dire qu'enfant je rechignais à la vue d'un bouilli, aujourd'hui j'en reprendrais bien une deuxième fois. Il est vraiment appétissant. Merci pour cette belle recette!

    RépondreSupprimer
  8. Il est comme celui de ma maman! Honnêtement j'en ai jamais fait, probablement par crainte de ne pas arriver au même plaisir gustatif que celui que ma mère nous faisais manger. On se battait pour savoir qui allait manger le chou, c'est te dire!

    Il annonce froid ce weekend non? Le meilleur temps pour faire ça alors.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis tellement slow food, j'adore ce style! Un bon bouilli pour moi, est du pur réconfort et du pur bonheur :) Celui que tu nous proposes aujourd'hui est juste parfait.

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  10. Cokin de Joël va... ;) Je suis d'accord avec toi, un bouilli c'est pratiquement imbattable pour se réconforter! Le tien ressemble à celui de ma belle-mère, donc il est probablement excellent! x

    RépondreSupprimer
  11. Avec du recul, c'est un bon souvenir, mes parent appelaient ça du pot au feu..le lundi on en mangeait, le mardi, ma mère récupérait une partie de la viande qu'elle coupait en cubes et servait cela avec une sauce tomate, et le mercredi, c'était hachis parmentier avec le reste de la viande...mais on avait mangé de la soupe tous les jours, car elle mixait les légumes avec le bouillon :)

    RépondreSupprimer
  12. Il ressemble à celui de ma mère. Fait longtemps que je ne l'ai pas fait.

    Chez nous, le pot-au-feu nous fait sauver du temps... On a un crock-pot et les soirs où on sait que le temps va manquer, on prépare une pièce de viande, un rôti de palette généralement, avec légumes qu'on met à cuisson lente (6-8 heures) et quand on arrive du travail, le repas est prêt.

    RépondreSupprimer
  13. À la question est-ce qu'il existe quelque chose de plus réconfortant, la réponse est NON! ;)))

    RépondreSupprimer
  14. J'en ai fais un justement hier. Je le fais cuire toute la soirée, ça sent bon et c'est bon. Je ne mets pas de lard salée je mets plutôt une enveloppe de soupe à l'oignon. ça donne un bouillon plein de gout et je fais cuire tous les légumes en même temps que la viande. Ce sera notre souper de ce soir il ne reste plus qu'à y ajouter les pommes de terres hummmmm bon apétit !

    RépondreSupprimer

Laissez-moi un commentaire, c'est toujours l'fun de vous lire!